Atelier créatif : Annyen Lam

Dentelle de papier

Bienvenue à Toronto
tbp_process_animated_final
En quelques mots d'introduction

Parlez-nous de vous, Annyen. Qui êtes-vous ?

Je suis une artiste qui vit et travaille à Toronto.

Je travaille sur différents médium d’expression artistique. Je me spécialise en lithographie, en impression sérigraphie avec des dégradés de couleurs, dans l’édition de livre d’art, dans des installations et je travaille beaucoup le papier découpé.

Ces dernières années, je me concentre principalement sur le papier découpé. Mes oeuvres sont très variées ! Je peux m’intéresser à des découpes miniatures, à des travaux plus volumineux avec différentes couches de papier découpé.

Enchantée Annyen !

Un monde idéal

« Un monde avec plus de compassion et une vraie justice. Un monde où chacun(e) peut donner son avis. « 

TBP - Annyen 11
Avatar photo - 21x46
TBP - Annyen 10
TBP - Annyen 01
TINY BLADES PROJECT

Quels sont vos projets actuellement ?

Je me définis en tant qu’artiste. Je n’ai pas trouvé de terme plus explicite.

Je travaille de différentes façons : je créé des pièces uniques que j’expose de temps en temps, où je m’amuse avec des petites créations ponctuelles que je fais dans le cadre de Tiny Blades Project. Je m’intéresse énormément à l’impression en sérigraphie, et je développe des partenariats avec d’autres entrepreneurs pour proposer des services sur-mesure (commande spéciale ou atelier thématique).

J’ai commencé Tiny Blades Project en me lançant le challenge de couper une création par jour, pendant un an. Ca devait s’arrêter au bout de 365 jours, mais je ne me suis pas arrêtée et ça fait déjà plus de 760 pièces uniques à ce jour.

CHEZ MOI

"Les gens construisent des petites villes, là où ils vont."

Je suis née et j’ai passé ma jeunesse à Ottawa (à quelques 550km d’ici). J’ai déménagé à Toronto quand j’avais 17 ans pour rentrer à l’Université OCAD. Depuis j’ai vécu un peu à New York et à Hong Kong.

Un jour j’ai entendu cette phrase qui m’a marquée « les gens construisent des villes, là où ils vont« . J’ai eu une chance unique de pouvoir voyager, et j’ai appris à faire en sorte de me sentir chez moi, là où j’allais. Je dois dire pourtant que Toronto reste un endroit à part, où j’ai des souvenirs très précieux. Toronto est aussi unique par l’énergie que la ville insuffle.

Des portraits de maisons

J’ai eu récemment des demandes particulières : des personnes sont venues me demander de faire des « portraits de leur maison ». J’ai trouvé cette idée géniale. A chaque commission, j’apprends l’histoire de la maison, et les propriétaires me partagent des anecdotes touchantes. J’ai réalisé à quel point les gens pouvaient aimer leur « chez eux ». Ca m’a permis de poser un nouveau regard sur les maisons, l’appartenance en général. J’observe les maisons différemment maintenant quand je fais du vélo.

PORTRAITS DE MAISON – PAPIER DECOUPE [Original], Annyen Lam.

UN JOUR COMME LES AUTRES

Parlez-nous d'une journée "normale" dans votre quotidien

Je suis particulièrement inspirée le matin tôt et le soir. Alors, en général, je me lève le plus tôt possible et je me mets à travailler avec une bande son (soit je mets Netflix ou j’écoute des podcasts). Je prends souvent une pause l’après-midi quand je sens que je me fatigue un peu, pour faire d’autres choses. Je vais faire un peu de vélo, faire des courses ou je lis. Le soir, je donne des cours ou je me remets à travailler après avoir mangé.

DU PAPIER, ENCORE DU PAPIER

Le papier est le support de base de votre travail. Pourquoi ?

Le papier est un support unique qui a des expressions infinies. Il se transforme et prend vie.

Si je remonte à mon enfance, j’étais un vrai rat de bibliothèque ! J’adorais tous les livres, quelque soit leur forme. Je pense que c’est ce qui a déclenché mon amour du papier. Je me souviens passer des heures à regarder les livres dynamiques (qui s’ouvrent en 3D) en essayant de comprendre comment ils avaient été faits.

Le papier est un support à la fois humble et millénaire. Il ne se démode pas et il peut être retrouvé partout dans le monde. Je trouve qu’il y a presque une interprétation métaphysique dans sa transformation. Quand je le coupe, j’explore les possibilités que sa composition en fibres offre. C’est un peu, pour moi, une allégorie de tous les objets qui nous entourent, que l’on transforme dans leur utilisation.

DEPUIS MA FENÊTRE

Que voyez-vous, qu'entendez-vous, que sentez-vous ?

Je vois un immense conifère. Il y a quelques années, au printemps, des petits oiseaux ont élu domicile dans cet arbre. Depuis, je les observe depuis ma fenêtre.

J’entends les aboiements du chien de mon voisin et les cloches de l’école juste à côté.

Je sens l’odeur du thé, sur mon bureau.

Etape #1

Les outils nécessaires à la découpe de papier sont assez simples : un matelas de découpe, plusieurs sortes de papier au grammage différent, une bonne lumière et un cutteur bien affuté. Certaines personnes préfèrent des tous petits ciseaux à la place du cutteur, à vous de faire votre choix !

IO_Studio 04
IO_Studio 06

Etape #2

Je commence mes découpages avec un dessin sur un carnet à part. Le croquis me permet de visualiser avec précision les différents détails et les endroits où je dois commencer la découpe.

Etape #3

Une fois le croquis terminé, il faut maintenant venir lui donner vie sur votre papier de travail. Parfois je dessine au dos pour me guider dans le découpage. D’autres fois, je superpose mon dessin sur le papier à découper et je coupe à travers les deux feuilles. Ma technique favorite est la suivante : je repasse le dessin sur le papier à découper avec une mine de crayon (un bic sans encre est parfait), ce qui va creuser des petits sillons dans le papier. Ensuite, je suis ces sillons pour la découpe.

IO_Studio 01
IO_Studio 11

Etape #4

Si j’avais à donner des conseils généraux, je vous recommande de commencer par les petits détails, car plus vous aller découper le papier, plus il va se fragiliser. Je découpe systématiquement la forme finale extérieure en dernier.

REGARDER A DEUX FOIS

Si les formes étaient des émotions, laquelle seriez-vous ?

Un triangle équilatéral.

Pour finir, partagez un petit secret !

Les hauteurs et le vide me stimulent. Mon premier saut à l’élastique était de 233m. C’est le genre d’expérience qui vous ramène au moment présent !

TBP - Annyen 03
TBP - Annyen 05
IO_TBP - Annyen 09
TBP - Annyen 02
Encore, Encore, Encore ?

Venez rejoindre le monde délicat de Annyen

Instagram

IO_Step1

.com

IO_Step2-photo

Video

IO_Step3-photo
Partager cet article